Pages Navigation Menu

Le Blog Critique des plus Belles BD

Corto Maltese (T14) – Equatoria

Corto Maltese (T14) – Equatoria

Chronique « Corto Maltese (Tome 14)- Equatoria »

Scénario de Juan Diaz Canales, dessin de Rubén Pellejero,

Public conseillé : Adultes / adolescents,

Style : Aventure,
Paru aux éditions Casterman, le 27 septembre 2017, 16 euros,
Share

L’Histoire

Corto est revenu à Venise, en charmante compagnie. Il est sur les traces du “Prêtre Jean”, un roi de Mongolie qui vécut quelque part entre l’Afrique et l’Inde…
Dans la superbe abbaye de San Lazzaro degli Arme, Corto consulte un vieux codex. Il y découvre où les reliques du Kahn ont été conservées ?
Revoici Corto en chemin sur un paquebot de croisière, direction l’île de Malte. Sur la promenade extérieure, le duo croise Ferida Shnitzer, une grande femme noire élégante, accompagnée d’une bonne soeur, en route pour retrouver son père…
A l’approche de l’île, une épidémie de choléra empêche le débarquement…

Le contexte

Il y a deux façons de relancer une série populaire, qui a connut des heures de gloires. Soit on autorise une grande liberté à de nouveaux auteurs (comme le “Lucky Luke” de Mathieu, “Valérian par”…), soit on reste dans la continuité exacte de l’univers (graphisme compris) défini par le(s) auteurs d’origine (“Blake et Mortimer”, “Astérix”…). C’est cette seconde option qu’ont choisi les éditions Casterman en publiant de nouveaux épisodes de la magnifique série d’Hugo Pratt. Parue de 1975 à 1992, cette série a embarqué toute une génération de lecteurs (moi compris) dans les aventures de son antihéros dandi.
C’est un sacré challenge que Juan Diaz Canalès (au scénario) et Ruben Pellejero (au dessin) ont accepté de relever. Avec le tome 13 (‘Sous le soleil de Minuit”), le duo d’auteurs avait conquis lecteurs et presse pratiquement unanimement. Ce nouvel épisode permet de vérifier si l’alchimie tient encore ?

Ce que j’en pense

Laissez-moi vous dire tout de suite que je suis enchanté par cette aventure. Juan Diaz Canales, scénariste de “Blacksad“, « Fraternity » et auteur de “Au fil de l’eau” (chez “Rue de Sèvres”) reprend à son compte tout ce qui me plait chez “Corto Maltese”. Un regard cynique et un peu distant, de l’aventure, des histoires qui flirtent avec le fantastique, de la poésie, de l’action (mais pas trop), des femmes envoûtantes et le goût du le voyage… Malgré l’accumulation, dans ‘Equatoria’, ce “cahier des charges” n’est pas du tout indigeste. Comme Hugo Pratt en son temps, Juan Diaz Canales nous embarque avec légèreté et souvent humour, dans une aventure qui n’en est pas une. Plein de détours, de changements de sujets ou de point de vue, Corto se laisse guider par ses envies, la beauté et la révolte. Tour à tour aventurier, pirate, dandy, justicier, c’est un mélange entre mythe et réalité qui fait de cette chasse au trésor une aventure hors du commun.
A la recherche du miroir magique du Prêtre Jean, Corto s’embarque pour Venise, Malte et arrivera dans la province d’Equatoria, le sud du Soudan actuel, théâtre du colonialisme sauvage et de l’esclavagisme. Bien évidemment, l’important n’est pas le résultat (trouvera t-il le trésor convoité ?), mais le chemin et les rencontres…

Au dessin, Rubén Pellejero, dont j’appréciais déjà le trait épuré sur “Le silence de Malka”, “Un peu de fumée bleue” ou “Un tour de Valse” se glisse littéralement dans les marqueurs, pinceaux et autres outils graphiques d’Hugro Pratt. Es-ce dû à ses origines espagnoles ou plus simplement à son univers si proche ?
Son trait est en parfaite symbiose avec celui de Pratt, sans aucun décrochage visuel. Privilégiant le noir et Blanc, Ruben dessine des personnages longilignes, élégants, avec de simples lignes et de gros coups de marqueurs plus ou moins épais. Comme son illustre prédécesseur, il capte l’énergie, le dynamisme, la “vérité” de l’épure.
Si vous en avez l’occasion et l’envie, choisissez la version en noir et blanc. Ce qui ne veut pas dire que la version couleur est moche. Loin de là. Anne-Marie Ruiz pause des couleurs sobres et lumineuses, qui apportent de la lumière à l’ensemble.
Alors, envie de sentir de nouveau l’odeur du sel sur votre peau ? L’ami Corto est là pour vous servir de guide !

Share Button
468 ad

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adsense