Pages Navigation Menu

Le Blog Critique des plus Belles BD

Le Roy des Ribauds (T3)

Le Roy des Ribauds (T3)

Chronique « Le Roy des Ribauds – livre 3, »

Scénario de Vincent Brugeas, dessin de Ronan Toulhoat,

Public conseillé : Adultes/ grands adolescents,

Style : aventure médiévale,
Paru chez « Akileos », le 13 septembre 2017, 19?? euros,
Share

L’Histoire

Mélisandre, l’amante de Saïf, descend dans l’ombre d’un souterrain. Elle y retrouve des femmes, “la Grise” en tête, qui ont jurées de faire tomber le Grand Coësre et de mettre Saïf sur le trône, à sa place….
Tandis que la jeune Sybille jouit de son nouveau rôle d’héritière à la cours de son grand père, Michel, l’ami de Tristan, y est retenu et torturé…
Le Triste Sire plus isolé que jamais, est attaqué par les chiens du Rouennais dans sa maison, forteresse et bordel à la fois. La meute en force les portes, mais Tristan et ses hommes les accueillent vertement. Quand ses amis chevaliers rappliquent, les jeux sont fait !

Ce que j’en pense

Voici le troisième livre de la série médiévale musclée et hyper testostéronée de Vincent Brugeas (scénario) et Ronan Toulhoat (au dessin). Pour ce nouvel épisode, le style n’a pas changé, mais le scénario change d’axe. Puisque Tristan, le triste Sire, est isolé et a perdu son pouvoirs (le contrôle des confréries et la confiance du roi), Vincent s’intéresse de plus prêt à ses ennemis et au moyen de renverser la vapeur. Il construit un récit chorale, à la façon d’un mini “Game of Throne” où chaque personnage majeur, avec ses soutiens plus ou moins visibles et des moyens plus ou moins légaux, tente de se faire une place au soleil. Bien entendu, il ne s’agit pas du pouvoir Royal et d’armées régulières, mais du trône du “Roi de dessous”, le monde souterrain des miséreux et des gueux que contrôle le Grand Coësre.
Entre la belle Melissandre, qui pousse Saïf à assassiner le monarque, “La grise” qui joue dans l’ombre, “La Borgne” ou la jeune Sybille, ce petit monde complote à tout va, pour le moment venu, être le plus fort pour “faire le coup” !
Côté pouvoir de la rue, ce n’est pas mieux. Glaber, le rouennais et les confréries s’affrontent, avec, pour certains, le soutien officieux de Renaud et du lointain roi Richard…
C’est tout ce jeu de pouvoirs multiples et complexes que Vincent met en scène. Cruels, pervers, extrêmes, archétypes, ses personnages le sont souvent, mais même si le trait est forcé, le plaisir de la lecture est toujours là.

CouvRdR-3extrait rdr3
NextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnail

Au dessin, Ronan est tout simplement parfait. Ses ambiances du Paris médiéval sont sales et sombres à souhait, ses combats musclés et violents. Son trait (en pur numérique) est un délice d’expression. Dynamiques et parfaitement lisibles, les planches (au format comics) s’enchaînent. Plongées dans des ambiances colorées très marquées (des camaïeux de jaune-rouge, de bleu nuit et une étrange opposition jaune et bleu pâle), les compositions varient. Soit classiques (en strip bien sages), soit dans des formats et des mise-en-pages éclatées. Le résultat est extrêmement visuel et cinématographique.

Pour résumer, ce troisième livre du “Roman de Triste Sire” se déguste glaive à la main, et BO de “King Arthur » (de Guy Ritchie) et de “Excalibur” (de John Boorman) calées dans les oreilles, en soupirant d’aise, car ce n’est que la fin du premier cycle…

Share Button
468 ad

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adsense