Pages Navigation Menu

Le Blog Critique des plus Belles BD

Intempérie

Intempérie

Chronique « Intempérie »

Scénario, dessin et couleurs de Javi Rey, d’après le texte de Jesùs Carrasco,

Public conseillé : Adultes /adolescents,

Style : Chronique Sociale,
Paru aux éditions Dupuis, le 16 juin 2017, Collection Aire Libre, 18 euros,
Share

L’Histoire

Caché au fond d’un trou dans la terre, au milieu des arbres, il écoute les hommes crier son nom… Il attendra jusqu’à la nuit, qu’ils soient tous partis et que le danger se soit dissipé…
Fuir enfin ce père qui le bat sans discontinuer, depuis toutes ces années…et l’Alguazil qui le terrorise tout autant.
Dans la nuit, il part le plus loin possible du village. Il a faim, il a soif. En route, il se trouve face à un homme endormis, près d’un feu. Il dort. Son chien aussi. Son âne et ses chèvres également.
Il s’approche pour le voler, mais l’homme se réveille…
L’homme le prend sous son aile, le nourrit, l’aide à fuir et à se cacher des hommes qui ne cessent de le poursuivre. Il lui montrera que l’homme peut être doux, attentionné et protecteur jusqu’à en mourir…

Ce que j’en pense

Caliente est un des rares mots que je connais en Espagnol. Ce mot décrit cette bande dessinée à la perfection. Oh oui, j’ai eu chaud en la lisant. J’ai eu soif aussi… et peur. J’en ai traversé des émotions, tout au long de ma lecture.

Le « Petit », comme il est nommé dans l’histoire, a vécu tellement d’horreur avant de trouver le courage de quitter son paternel, odieux et détestable. Cette histoire pourrait n’être que douleurs. Grâce à ce vieux bonhomme, qui le prend avec lui sur son chemin, j’ai finalement vécu cette histoire comme une grande bouffée d’air positive.

J’ai beaucoup aimé la manière dont Javi Rey met en image ce texte tiré du roman de Jesús Carrasco. L’histoire commence par trois pages, avec trois petites cases et un texte écrit dessous, une belle mise en bouche. Tout de suite après, j’ai été prise dans la tourmente de cette tragédie.

Javi Rey est le roi du découpage ! Il passe des pleines pages à un découpage plus classique. Suivent des pages sans texte, d’autres avec et encore ces petites cases et du texte en dessous. La même chose pour les couleurs. Me voilà dans la nuit. Tout est bleu sombre. Le jour se lève, et je passe à des pages remplies de soleil… Une abondance de couleurs accompagne ma lecture. Elle me mène dans un voyage sans égal, que je ne voudrai jamais quitter…Je ne peux dire qu’une chose : l’auteur à su marier à la perfection textes et illustrations !

Son trait, je l’ai aimé dans son diptyque « Adelante » et dans la très belle histoire « Un maillot pour l’Algérie ». Pour « Intempérie », je l’avoue, j’ai trouvé une certaine concordance avec la très belle bande dessinée de Gipi « La terre des fils ». Si celle-ci est en noir et blanc, j’y ai retrouvé la même force dans le trait et la manière d’approcher le désespoir de ces jeunes garçons…

Petit bonus à la fin de la bande dessinée, les deux auteurs répondent à quelques questions sur leur rencontre et le déroulement qu’ils ont suivi pour en arriver à ce très beau résultat.


Intempérie – tome 0 – Intempérie

Share Button
468 ad

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adsense