Pages Navigation Menu

Le Blog Critique des plus Belles BD

Ornithomaniacs + interview Daria Schmitt

Ornithomaniacs + interview Daria Schmitt

Chronique « Ornithomaniacs »

Scénario et dessin de Daria Schmitt,

Public conseillé : Adultes / Adolescents,

Style : Conte,
Paru aux éditions Casterman, le 10 mai 2017, 102 pages Noir & Blanc, 25 euros,
Share

L’Histoire

La jeune Niniche a des ennuis. Sa mère vient de prévenir les journalistes de sa différence : une paire d’ailes minuscules qu’elle cache maladroitement derrière un sac à dos. Accrochée au portable avec Tina, sa copine, Niniche s’endort…
Au réveil, elle perce un oeuf et se retrouve dans un lieu inconnu. Entourée d’oiseaux, elle se dirige vers un lugubre château à la recherche d’un docteur qui pourrait lui enlever cette “monstruosité”.
A la porte, un squelette chapeauté d’un Sombrero, l’accueille, arme à la main… Il la conduit à travers un dédale gothique, à la rencontre du “Docteur », un grand oiseau échassier, qui découvre avec ravissement ce cas qu’il attendait depuis toujours…

Ce que j’en pense

Mais qui est Niniche ? Une fée, comme le pense sa mère ? Une simple mutation ? Un monstre… ou un oiseau ? La jeune fille n’en sait rien, mais n’a qu’une envie : que quelqu’un lui retire ses minuscules ailes qui ne lui servent à rien… Partie à la recherche de ce “Docteur”, Niniche s’enfonce dans un rêve initiatique étrange et gothique, comme Alice tombée dans le trou du lapin…
Daria Schmitt, l’auteure de “L’arbre aux Pies” et de la mini-série “Aqua Alta” (édités chez Casterman), délaisse ses pinceaux pour nous offrir un nouveau conte étrange et envoûtant. Tout en poésie et en étrangeté, elle nous convie à découvrir un univers entre “Alice au pays des merveilles”, “Tim Burton” et “La famille Adams”

Fascinant et un peu effrayant, ce conte initiatique plonge la jeune fille dans une exploration intérieure. Dans le Château rempli d’oiseaux en tous genres, elle rencontrera le “Docteur” (le grand “Bec-en-sabot”), suivi de son fidèle Icare qui se chargeront de son éducation. Petit poussin deviendra grand… Mais Quand l’oiseau bat des ailes, l’Oiseleur, le grand collectionneur, n’est pas loin…

ornithomanaicsL.10EBBN002363.N001_Ornithoma_Ip001p104_FRL.10EBBN002363.N001_Ornithoma_Ip001p104_FRL.10EBBN002363.N001_Ornithoma_Ip001p104_FRL.10EBBN002363.N001_Ornithoma_Ip001p104_FRL.10EBBN002363.N001_Ornithoma_Ip001p104_FRL.10EBBN002363.N001_Ornithoma_Ip001p104_FRL.10EBBN002363.N001_Ornithoma_Ip001p104_FRL.10EBBN002363.N001_Ornithoma_Ip001p104_FR
NextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnail

A la façon d’une fable, Daria construit un récit plutôt simple, mais aux nombreux aller-retours entre rêves et réalité. C’est surtout son univers visuel qui m’a enchanté !
Au dessin, elle abandonne ses aquarelles pour nous offrir un trait d’un précision chirurgicale, tout à la plume, dans l’esprit des gravures anciennes. En noir et blanc pur jus, les compositions des planches sont classiques et s’ouvrent sur des Splash-Page de chapitre. Toutes les nuances sont amenées par des hachures. Les compositions dynamiques, la foule de détails, la maîtrise des masses noires et des contre formes, j’ai été très-très impressionné par son dessin ! D’une certaine façon, ce côté presque maniaque m’a rappelé les premiers albums de François Schuiten (édité chez Casterman aussi). Peut-être n’est ce pas un hasard ?

Pour résumer, vous voulez plonger dans un conte contemporain, gothique et onirique ? Vous laisser bercer dans un nid douillet rempli de plumes ? Vous enfoncer dans une fable, d’une maîtrise graphique époustouflante ? Daria Schmitt a la solution : devenez “Ornithomaniacs” !

Avant de retourner dans vos petits nids, écoutez l’auteure qui répond, tout en rires et en réflexion, à nos questions investigatrices…


bouton_amazon

Share Button
468 ad

2 Comments

  1. Rien que la couverture est une merveille ! Très tentée par la découverte !

    • Oui, et ce n’est pas seulement la couv’, qui est merveilleuse.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adsense