Pages Navigation Menu

Le Blog Critique des plus Belles BD

Un Printemps à Tchernobyl

Un Printemps à Tchernobyl

Avril 2008. Emmanuel Lepage accompagné d’un autre illustrateur se rend dans la région de Tchernobyl pour remplir ses carnets de dessin et rendre compte de la réalité.

Scénario et dessin d’Emmanuel Lepage

Public conseillé : Adulte et adolescent

Style : Reportage « engagé » Paru chez Futuropolis, le 4 Octobre 2012 Share


commandezbouton_amazon

Le contexte

En avril/mai 2008, sur la proposition de l’association Les Dessin’acteurs, Emmanuel Lepage et Gildas Chasseboeuf (illustrateur) se sont ensemble rendus dans la région de Tchernobyl. Pour cette association, le regard des artistes est aussi important que celui des journalistes, scientifiques ou humanitaires.
Leur but était de rendre compte en image de la réalité, de l’étrangeté du lieu, synonyme de catastrophe nucléaire. Les bénéfices de l’ouvrage tiré des carnets des 2 illustrateurs (les fleurs de Tchernobyl) ont été versés à l’association « Les enfants de Tchernobyl ».
Utilisant ses souvenirs et ses dessins, Emmanuel Lepage nous livre son récit de voyage, dans cet ouvrage hors nome. Avec ce « reportage graphique», il nous convie à l’accompagner tout au long de son voyage, de l’origine du projet jusqu’au retour à paris.


Petit rappel historique

Le 26 avril 1986, à Tchernobyl, le cœur du réacteur de la centrale nucléaire entre en fusion et commence à fondre. Le nuage chargé de radioactivité qui s’en échappe parcours des milliers de kilomètres, sans inquiéter les pays traversés. Aujourd’hui le bilan est toujours difficile à obtenir. Suivant les sources, cela va de 4.000 à 1.000.000 de morts (source OMS). Une chose est sûre. Le monde vient de vivre sa plus grande catastrophe nucléaire et il ne s’en remettra pas.

Un sujet incroyable, un traitement personnel

Choisir de traiter un tel sujet, et l’assumer jusqu’au bout, seul Emmanuel Lepage en est capable aujourd’hui. Ce n’est pas seulement un reportage qu’il nous livre. C’est une confidence dessinée, où il s’expose dans une touchante simplicité. Auteur militant, auteur impliqué, il ne passe pas « à côté du monde », mais choisit de le vivre avec ses dangers.
Refusant d’être un simple « témoin », il choisit de s’impliquer personnellement en se frottant à la réalité. En se mettant en scène sans fioriture, avec ses doutes et ses peurs, il se dévoile avec pudeur et sensibilité, mais surtout avec une immense honnêteté.

Un lieu Maudit, un Symbole

Le choix de Tchernobyl n’est pas anodin. Emmanuel Lepage nous avait déjà mis une grande claque visuelle avec « Voyage aux iles de la désolation » paru chez Futuropolis en 2008. Avec le même traitement, il narrait son périple vers le pôle sud à bord d’un bateau scientifique. La force évocatrice de ses aquarelles, et sa compassion pour les hommes et femmes rencontrés, m ‘avaient déjà subjugué.
Avec «Un printemps à Tchernobyl » le but n’est pas de nous en mettre plein la vue, de nous faire baver d’envie sur la beauté des paysages et la force des liens humains. Tchernobyl, c’est un symbole. Le no man’s land d’où les hommes se sont eux mêmes exclus. Ce paradis perdu restera pour toujours le symbole du danger extrême. S’y promener, ou manger des produits de cette région peut déclencher un cancer. C’est la « bête » incarnée dans ce lieu, qui nous rappelle constamment sa puissance.


couv-printemps-tchernobyl-webMEP_PRINTEMPS_TCHERNOBYL.qxd:Mise en page 1MEP_PRINTEMPS_TCHERNOBYL.qxd:Mise en page 1MEP_PRINTEMPS_TCHERNOBYL.qxd:Mise en page 1MEP_PRINTEMPS_TCHERNOBYL.qxd:Mise en page 1MEP_PRINTEMPS_TCHERNOBYL.qxd:Mise en page 1
NextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnail

Seulement des paysages ?

C’est ce qui fait la différence entre un récit de voyage (comme cet ouvrage) et un simple témoignage visuel. Proche des gens, Emmanuel en capte l’essence. Ouvert et sans préjugé, il les accueille avec simplicité et les « restitue » avec ses crayonnées et ses aquarelles.
Ces rencontres, c’est le sel de cet album. Il nous montre ce lien chaud et vibrant qu’il a créé avec ceux qui vivent près de la zone. En peu de mots, il nous explique leur monde : le travail, les enfants, les cancers, la mort omniprésente… Mais surtout, il reste juste, vrai, en choisissant de montrer toutes les facettes de cette vie. Les moments de convivialité partagés, les regards brillants d’espoirs, la joie de enfants : il nous livre tout, sans manichéisme. A nous lecteur, d’en assimiler la complexité.

De la beauté ?

L’honnêteté dont je parlais en préambule, c’est la grande qualité de Lepage. Venu pour montrer le désespoir et la mort qui rodent dans ces lieux, Emmanuel a été confronté à une autre réalité. Pendant ¾ de l’album ses aquarelles sont sombres, en niveaux de gris, pluvieuses, brumeuses. Un paysage tel qu’on se l’imagine. Son pinceau retranscrit avec force, le désespoir qui « goutte » de ce paysage abandonné, sacrifié.
Et pourtant… Au printemps, Emmanuel devient témoin de la renaissance de la nature dans la zone. Loin de l’imagerie qu’il s’est faite, cette terre fleurit et s’épanouît, refusant la mort qui couve.
Témoin de cette beauté, Lepage doute et nous interroge. Quel est le rôle de l’artiste ? Donner ce qu’on attend de lui, ou donner ce qu’il ressent ? Infiniment cohérent, Emmanuel peint ce foisonnement, cet enchantement qui contraste si fortement avec le danger éminent…

Pour résumer

Accompagnez Emmanuel Lepage dans un voyage d’où vous ne sortirez pas indemne.
Tchernobyl, sa zone interdite, ses habitants, ses dangers. … Avec un récit au jour le jour, Emmanuel Lepage vous emporte dans ses valises et vous offre sa vision des paysages et des rencontres. Entamez ce voyage, en compagnie de cet auteur qui se livre simplement et totalement.


commandezbouton_amazon


Cette critique fait partie de l’opération « la BD du mercredi » de Mango

Share Button
468 ad

7 Comments

  1. Il va m’être très dur de ne pas craquer sur cet album, alors même que je dois sélectionner mes achats. Ton avis m’encourage à craquer ^^
    Faut dire que j’avais beaucoup aimé le Voyage aux iles de la désolation, alors je peux difficilement rater ce nouvel album.

    • Craque, Yaneck. Tu ne le regrettera pas.

      • Mon compte en banque n’est pas d’accord. Mon achat du mois, il sera pour le Blast tome 3, une autre genre de claque. Mais pourtant, je sais que cet album là me plaira, reste à ce qu’une bibliothèque se le procure près de chez moi…

  2. J’avais été bluffée par Voyage aux îles de la désolation, je vais me précipiter sur celui ci !

  3. J’aime beaucoup l’honnêteté de cet auteur et la surprise de la fin. Je lirai volontiers cet album.

  4. C’est en inculte du monde de la BD que je viens faire un tour par chez toi !! Je viens piaucher quelques petites perles pour me « culturer » comme celle que tu viens de citer et je repars sur la pointe des pieds !!

    • Bienvenue Cristie. Pas besoin d’etre « Docteur es BD » pour en parler. Mon but est juste de faire partager ma passion.
      Merci pour ta venue sur ce blog et n’hésites pas à y repasser.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adsense