Pages Navigation Menu

Le Blog Critique des plus Belles BD

Azimut (T1)

Azimut (T1)

Scénario de Wilfrid Lupano, dessin de Jean-Baptiste Andréae, Public conseillé : Adulte, adolescent, homme ou femme

Style : Conte onirique, aventure fantastique Edité chez Vents d’ouest, Sortie le 09/05/2012

Share


commandezbouton_amazon


Approchez Mesdames et Messieurs

Depuis quelques temps, les habitants d’Azimut ont perdus le nord. Au sens propre !! Le pauvre Conte Quentin de la Pérue, explorateur émérite en fait la douloureuse expérience. Apres 567 jours de mer, il accoste au nom de Ponduche.. sur la plage d’ou il était parti…

Le monde d’Azimut

C’est assez difficile de résumer Azimut. Lupano et Andréae ont inventé un univers flamboyant et baroque, dans lequel ils vous font voyager. Leur monde alternatif est le croisement improbable d’un univers de cirque ambulant et d’un conte pour adulte. Rendez-vous de tout les possibles, Andreae et Lupano inventent une « fantaisie » aux accents dramatiques.

Pour vous mettre dans l’ambiance, voici quelques-une de ses particularités. Tout d’abord, dans Azimut, certains animaux et autres bizarreries, nommé « Saugres » (épouventails, poils a charbon…) naissent doués de la parôle dans des oeufs géants. Toutes sorte de chimères que n’aurait pas reniés Lewis Carroll y cohabitent : géants, poissons volants, bateaux qui roulent, ville dans les nuages… Tout un univers déglingué, digne d’un rêve éveillé.

D’excentricité, Lupano et Andreae, leurs auteurs ne sont pas dépourvus. Chacun de leurs personnages semble sorti d’un défilé de cirque ou de fête foraine. Excessifs, « cartoonesques », ils vous étonneront et vous amuseront certainement. Faisons connaissance avec quelqu’un de ces personnages haut en couleur.
Commencons par son Altesse Irénée le Magnanime, le roi de Ponduche. Ce pauvre bougre semble en grande difficulté pour satisfaire sa nouvelle égérie, Mannie Ganza, dont les formes girondes lui font perdre la tête. Mais que veut cette « princesse » venue de nulle part ?
« Eugène », jeune peintre romantique et amoureux contrarié est persuadé que la belle Manie est une voleuse qui court de royaume en royaume pour ses larcins.
Dans une genre tout aussi déjanté, le vieux professeur Aristide Breloquinte n’est pas mal non plus. Ce scientifique occupe son temps à étudier les caprices du temps à bord du Laps, son navire laboratoire. Sa marotte : les animaux chronoptères, comme la « Lurette », le « Coucou des pendules » ou la mouche « globe-temps ». Ces drôles de bêtes ont un rapport particulier avec le temps. L’influencent-elles et comment ? Autant de sujets sur lesquels il travaille depuis toujours..

azimut_pl00azimut_pl01azimut_pl02azimut_pl03azimut_pl04
NextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnail

Ce que j’en pense

Les précédentes bandes dessinées d’Andéae (Mangecoeur, Terre mécaniques ou la Confrérie du crabe) m’avaient charmé. Empreints de poésie, on rentre dans ses albums comme dans un rêve : avec un mélange d’émerveillement et de crainte. Même si la « Azimut » marque une première collaboration entre Lupano et Jean-baptiste Andréae, j’y ai trouvé la même marque de fabrique : un monde extravagant, onirique et parfaitement cohérent.

Le scénario de Lupano est à niveau. Il nous embarque sans crier gare dans son terrain jeu rêvé. En déroulant les petites histoires de ses protagonistes, il construit bout par bout une vision complète de son monde fantasmé.
Lupano ouvre une foule de possibilités mais n’explique jamais rien (en tout les cas dans ce premier album). Cette façon de raconter est pour moi la grande force de son récit. Nous rendant maître d’imaginer ce qu’il n’explique pas, il attise notre curiosité. Et c’est gagné ! J’ai carrément hâte de lire le second tome de ce dyptique.

Enfin, une mentions spéciale à Jean-Baptiste Andréae. Comme dans ses précédents travaux, son dessin est un ravissement. Ses aquarelles vibrent d’éclat et de vie. Son dessin précis est magnifié par sa peinture. Si vous ne connaissez pas Andréae, craquez pour Azimut. Vous serez sous le charme de ces personnages et de ses décors si extravagants et si réalistes en même temps.

Pour résumer

Entrez dans le monde rêvé d’Azimut. En suivant son lapin qui parle, son savant fou ou son roi benêt, vous découvrirez peut-etre qui leur vole le nord et le temps ? Dans le cas contraire, vous passerez un moment de pur dépaysement dans ce dyptique fantastique si particulier.


commandezbouton_amazon


Cette critique fait partie de l’opération « la BD du mercredi » de Mango

Share Button
468 ad

8 Comments

  1. Je ne connaissais pas Andréae. Cette histoire est bien étrange mais les planches que tu montres sont d’un bel effet! Me laisserai-je tenter?

    • et oui, encore une tentation. J’ai l’impression que j’arrive à mes fins.

  2. Je découvre avec ton billet. Je trouve les dessins superbes. Je le note !!!

    • tu peux, tu peux. fonce

  3. Moi c’est certain : je vais me laisser tenter ! Les planches et ce que tu en dis m’intriguent trop pour passer à côté !

    • tant mieux. Cette bd est ma-gni-fi-que

  4. J’aime assez l’ambiance et l’univers que tu décris… Et les dessins ont l’air superbes !

    • c’est une vraie bd d’ambiance. a lire si tu apprécie ce type d’ouvrage

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adsense